LE CIRÉ,

si sec et si chic.

flèche contenu

Ce vêtement moderne en matière synthétique vient de loin.

Du temps où les marins, harassés par leurs vestes s'alourdissant sous la pluie, se mirent à chercher le moyen de faire glisser l'eau pour l'empêcher de pénétrer. La solution : la toile imbibée d'huile de lin qu'on posait en cirant  le vêtement. D'où le nom du ciré que l'on donna également à la toile du même nom pour la rendre imperméable et la poser sur  des tables en tout genre où le vin et tous les liquides  se mirent à glisser au lieu d'imbiber le tissu.

Le vinyle multi-usages.

Mais comme bien d'autres produits naturels, l'huile de lin allait s'effacer devant une matière synthétique aux multiples usages : le vinyle. C'est lui qu'on utilisa pour les disques 45 ou 33 tours mais lui aussi que l'on retrouve à la base du ciré moderne. Apparu au début des années 60, il connaitra de nombreuses déclinaisons en combinant la légèreté et l'imperméabilité. Avec les fermetures à glissière puis le velcro pour rendre ce vêtement bien plus facile à enfiler que les vareuses d'antan qu'il fallait passer par la tête.

Ciré noir

Armor Lux a d'ailleurs ouvert ses cirés aux nouvelles tendances. Si les enfants peuvent toujours arborer le ciré jaune classique, mais avec une doublure rayée, les versions pour hommes et femmes épousent les nouvelles tendances de l'habit : le ciré est donc blanc, braise ou bleue marine pour les dames et bleue marine pour les hommes. Des couleurs différentes et contemporaines pour un vêtement à l'allure toujours authentique.

Mais comme le pull marin, ce vêtement ne resta pas longtemps une exclusivité du monde de la mer. Avec sa couche laquée, il reflète fortement la lumière en donnant aux silhouettes des formes très contemporaines dans des coloris où le jaune cède plutôt la place au blanc et au noir.